Qui ne connait pas L'île au trésor ou L'étrange cas du Dr Jekyll et M. Hyde, au moins de nom ? Deux bouquins géniaux, repris au cinéma maintes fois, de l'écrivain Robert Louis Stevenson. Et bien le petit Stevenson ne s'est pas contenté de ces deux oeuvres. C'est pourquoi j'ai choisi de lire, dans le cadre du challenge victorien, un recueil moins connu, publié en 1882, Le club du suicide. Celui-ci se compose de trois nouvelles, elles-mêmes faisant partie d'un recueil plus complet Les nouvelles mille et une nuits.

robert louis stevenson le club du suicide

- Histoire du jeune homme aux tartelettes à la crème

Première nouvelle qui introduit les personnages que nous retrouverons au cours de ce recueil. Il y a d'abord le Prince Florizel de Bohème, un homme qui fait montre de droiture et de générosité bien qu'un peu tête brûlée sur les bords. Son écuyer, le colonel Geraldine qui l'épaule et lui est extrêmement loyal. Ces deux hommes aiment à se déguiser pour vivre quelques aventures en passant inaperçus. C'est ainsi qu'en allant boire quelques verres dans une taverne, à Londres, ils feront la rencontre d'un jeune homme qui offre des tartelettes à la crème à toute la clientèle présente et qui, lorsque son offre est déclinée, se voit contraint de manger lui-même ces tartelettes. Intrigués, nos deux héros vont tenter d'en savoir plus sur cette attitude étrange. Ce faisant, ils se trouveront embarquer entre les mûrs d'un club bien mystérieux : le fameux club du suicide.

- Histoire du docteur et de la maille de Saratoga

Nouveau décor, nouveaux personnages. Silas Q. Scuddamore, un américain vivant à Paris, va connaitre une aventure pas banale. En rentrant d'un rendez-vous dont la demoiselle ne montrera pas le bout de son nez, notre jeune étudiant va découvrir un cadavre dans son lit. Il semble être la victime d'une machination. Cependant, dans cette triste aventure, son voisin et ami, le docteur Noël va lui venir en aide.

- Aventure du fiacre

Nous voilà de retour à Londres. Brackenbury Rich, officier revenu fraîchement de guerre, sort pour une balade en ville, l'idée étant de flaner dans les ruelles. Le temps passe à l'orage, notre personnage monte dans un coche et lui dit e l'amener où bon lui semblera. Celui-ci l'emmène à une réception, chez un certain M. Morris qui semble bien mystérieux...

Deuxième lecture, qui s'inscrit dans le cadre du challenge victorien, ce court librio est toujours autant prenant. Les personnages sont un peu caricaturaux, il faut l'avouer. On est soit gentil, soit méchant. Cependant, on s'attache très vite au prince, tellement c'est essentiel pour lui d'honorer ses engagements, aussi mortels soient-ils, et au colonel Geraldine qui fait le nécessaire pour protéger son ami, quitte à le "trahir". Dans les "méchants", le président du club du suicide, l'homme à abattre, est intéressant également. Son discours est recherché, son business discutable.

Ces trois nouvelles ne semblent pas avoir de rapport entre elles. Or ce n'est pas le cas. Même si les liens ne sont pas forcément évidents dès le départ, tout s'explique à la fin de Aventure du fiacre. Nos héros du départ font de courtes apparitions dans Histoire du docteur pour expliquer le fin mot de l'histoire dans la dernière nouvelle.

L'avantage que présente cet ouvrage, c'est qu'il se lit vite. Très vite. Normal édition Folio 2 euros vous me direz. Mais les phrases sont simples, accessibles à tous, et vont directement à l'action, sans passer par mille et un détours. Les descriptions sont, de ce fait, un peu rapides. J'aurai préféré plus de détails pour me sentir largement plus dans une époque victorienne.

En quelques mots, tout de même, osons le dire, c'est une petite perle. Une belle découverte qui démontre le talent que possédait cet auteur.

logo-challenge-victorien-2